Les conséquences d’une mauvaise nutrition avant et pendant la grossesse

Beaucoup de femmes ont des apports insuffisants en acide folique et ne parviennent pas à atteindre les niveaux d'apport de nutriments pour la riboflavine, la vitamine A, l'iode, le potassium, le calcium, le zinc, le magnésium et le fer. La consommation de fruits et légumes est souvent bien inférieure à celle recommandée 5 par jour.

Les conséquences de la mauvaise santé maternelle incluent : réduction de la fertilité, résultats défavorables de grossesse et risque d'anomalies congénitales et de naissance prématurée, ainsi que de faible taux de croissance et de poids à la naissance. Des récentes études cliniques suggèrent qu'il existe un lien entre la santé de la mère avant et pendant la grossesse et le risque de maladies de la prochaine génération. Les chances de souffrir d'une intolérance au glucose, d'hypertension et des maladies cardiovasculaires, plus tard dans la vie, semblent être liée à la nutrition dans l'utérus. 

Il est important d'améliorer la qualité de la diète pour les femmes enceintes ou les femmes qui envisagent une grossesse plutôt que d'augmenter la quantité des aliments. Au cours de la grossesse, il y a une petite augmentation des besoins nutritionnels  jusqu'au  troisième trimestre lorsque les besoins énergétiques augmentent. 

La plupart des femmes ont besoin d'accroître leur apport énergétique seulement de 200 kcal.